Atelier corps et langage

Une forme de communication non-verbale

L’expression corporelle est un enseignement de la communication. C’est dans cet élan que cet atelier vous propose des outils pour communiquer par le corps, non pour traduire une pensée ou un langage parlé, ni même pour traduire un état psychologique par des gestes quotidiens, mais pour découvrir un langage corporel pour se relier ensemble à une dimension sensible, instinctive et primitive. N’oublions pas que nous sommes avant tout des vertébrés et que le cerveau en est une extension ! Ici nous allons revenir à cette force intelligente qui nous régit : la nature.

Dans une forme singulière de communication non-verbale, nous développons des jeux d’échange n’ayant pas recours à la parole : à travers des gestes (actions et réactions), attitudes, expressions faciales (dont les micro-expressions), ainsi que d’autres signaux, conscients ou inconscients. Le corps exprime ce que les mots ne peuvent transmettre. Sentir sera notre guide, nous libérant ainsi de toute restriction rationnelle. Dans un lâché prise, le corps spontané va s’ouvrir au monde avec justesse. Ce biais permet d’être en contact et d’échanger des récits de corps.

Les bases de cet apprentissage : Respiration – touché regard intérieur (ressenti corporel) et extérieur (regard de l’autre)

Chaque session débute par des exercices de psychomotricités basés sur l’acte respiratoire guidant le mouvement. Ces exercices rééduquent le ressenti corporel et la justesse du mouvement. Le corps est aligné, centré, en accord avec son centre de gravité, dans une détente nerveuse et musculaire, dans l’acceptation du rythme organique. La suite propose des explorations corporelles où il est question de développer notre expression et notre empathie corporelle :

  • Quelqu’un va se mouvoir dans l’espace pour une courte durée. Les autres participants l’observent. Puis, en réponse à l’expression corporelle du premier, une ou plusieurs personnes entre dans l’espace d’expression pour faire ce qu’elles ont perçu, c’est-à-dire pour éprouver le mouvement de l’autre. Ce mécanisme en miroir peut se répéter dans la durée, jusqu’à ce que tous les participants se joignent à la conversation corporelle.
  • Par deux ou par trois, les participants travaillent le mimétisme gestuel jusqu’à ce qu’ils partagent le même état physique et le même rythme organique. Ce jeu d’improvisation peut aussi s’explorer avec le groupe disposé en cercle. Les mouvements répétés amènent d’autres mouvements jusqu’à la transformation collective du geste.
  • Par deux : une personne danse pendant que son partenaire le suit à l’aveugle par le touché. Ce dernier va ensuite devenir l’autre et danser toute l’information reçue (sentie et imaginée) en étant en contact.
  • Quelqu’un danse lentement au sol les yeux fermés, tandis que son partenaire le dessine à l’aveugle par le touché. Petit à petit le dessinateur ouvre ses yeux et continue le dessin. Puis le danseur termine sa danse, seul, les yeux ouverts. Ce jeu se focalise en particulier sur le développement de la proprioception.

D’autres jeux de communication non-verbale se créent en interaction avec le groupe de participants.

Intentions

  • Prise de conscience par le corps
  • Confiance en son habileté à sentir
  • Prise de conscience du plaisir
  • Acception de l’image de son propre corps et considération positive de soi
  • Prise de conscience des autres et acceptation de leurs regards
  • Accueil du touché et de l’autre : la confiance réciproque
  • Développement individuel au sein du collectif
  • Intelligence corporelle collective : force d’action
  • Joie du faire / danser ensemble

Mon apport

  • Expérience en tant qu’animatrice et pédagogue
  • Écoute sensible
  • Savoir-faire corporel
  • Outils de communication et d’unité
  • Créativité en dehors des sentiers battus
Eve Bonneau
Eve Bonneau a suivi une formation en danse classique et contemporaine dans l’École nationale de danse de La Rochelle et à P.A.R.T.S à Bruxelles. En parallèle, elle a suivi le travail corporel du psychomotricien Jacques Garros. Basée à Bruxelles depuis 2002, elle développe son travail à travers ses migrations, tel un oiseau, notamment à Soweto en Afrique du Sud de 2006 à 2007 et au Mexique depuis 2009 jusqu’à aujourd’hui. A Bruxelles, elle intervient ponctuellement comme conférencière à l’École La Cambre dans la section « arts corporels et performance », et comme animatrice au CFS. Elle est également curatrice d’événements alternatifs en performance. Depuis 2017, elle intervient ponctuellement au Pont des Arts en tant que danseuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X